Pourquoi Bucarest etait surnomme "Petit Paris" ?

Pourquoi Bucarest etait surnomme "Petit Paris" ?

Messagepar nicudrag » Jeu Juin 30, 2005 7:08 am

Pourquoi la ville de Bucarest était-elle surnommée
le "Petit Paris" ?


Alienor SERBAN
Stagiaire a la LCCSRF

Bucarest, capitale de la Roumanie, est situé au sud du pays dans la plaine du Bărăgan, entre le Danube et la chaîne des Carpates. Elle est traversée en son centre par la riviere Dâmboviţa et est bordée au nord par toute une série de lacs. La légende veut que se soit le berger Bucur ( bucuros signifie joyeux en roumain ) qui, le premier, décida de s’installer au bord de la riviere; attiré par l’abondance et la richesse de la végétation. Il construisit alors une petite église sur la rive droite de la Dâmboviţa qui se trouve vers le monastere Radu Vodă, pres de la Place de l’Union ( Piaţa Unirii ). Mais c’est en 1459 que la ville est officiellement fondée par Vlad Ţepeş et qu’elle devient la résidence de la cours princiere. A partir de cette date elle ne cessera de nourrir le désir de devenir une ville a vocation européenne et connaîtra son âge d’or a partir de 1866, quand les Principautés unies deviendront la Roumanie.
Bucarest est une ville étonnante par son incohérence. Elle peut surprendre, voire décontenancer par son éclectisme et son mélange des genres qui peut etre déroutant pour certains ou bien synonyme de mysteres a élucider, de découvertes a faire pour d’autres. Elle est un mélange de modernité et d’occidentalisation a certains de ces endroits, elle est la caractéristique de la systématisation de l’urbanisation par la présence des blocs dans la plupart des quartiers, tout comme elle a su aussi préserver son côté oriental que l’on peut rencontrer au détour d’une rue au passé commerçant. Et puis a quelques pas de la, on se retrouve au beau milieu d’une architecture familiere, d’une ambiance que l’on croit reconnaître, c’est alors qu’on a trouvé les vestiges du "Petit Paris" de la fin du 19eme siecle…
Effectivement, meme sans etre jamais allés en Roumanie, les Français ont souvent pu avoir l’occasion d’entendre parler de cette ville comme étant surnommée le "Petit Paris". Elle a été appelée ainsi vers la fin du 19eme siecle et jusque dans la premiere moitié du 20eme siecle lors de l’éclatement de la Deuxieme Guerre Mondale. Deux raisons expliquent facilement ce surnom qui peut paraître incongru au premier abord, la premiere et la plus visible encore de nos jours étant une explication architecturale, la seconde venant de l’état d’esprit qui régnait en Roumanie, et a Bucarest en particulier, durant les 19eme et 20eme siecles avec une francophilie vivace qu’on retrouvait alors chez les "Bonjouristes". En tout cas, ce surnom montre bien les liens privilégiés qui unissent ces deux pays et veut mettre en évidence leur filiation a la civilisation romaine d’ou sont nées la France gallo-romaine et la Roumanie daco-romaine.
C’est Paul MORAND qui sera l’un des premiers a décrire l’ambiance bucarestoise de la fin du 19eme siecle en des termes décrivant l’amitié franco-roumaine naissante : "… Alors éclaterent les premiers symptômes de cette passion que la Roumanie ne cessera de nourrir pour la France et plus particulierement pour Paris " . C’est effectivement l’époque ou est apparu l’expression "Bonjouristes" qui désignaient les jeunes intellectuels roumains, "dandies" revenus de France qui ne saluaient plus qu’en français et avaient comme idéal de développer et répandre dans leur pays les idées de la Révolution Française et faire naître l’indépendance roumaine car, déçus par les Russes qui cherchaient plutôt a étouffer le libéralisme en cours a Bucarest, les jeunes Valaques ne comptaient plus que sur le secours de la France. C’est donc a cette époque que l’on va trouver une influence prégnante de la civilisation française dans tous les domaines, scientifiques comme artistiques et beaucoup de journaux étaient publiés en langue française. De plus, a l’initiative de A. VAILLANT s’ouvrira a Bucarest un internat pour fils de boyard dont la langue d’enseignement sera le français.

Mais la raison la plus visible et la plus évidente de l’existence de ce surnom de "Petit Paris" reste sans aucun doute la contribution importante des architectes français en Roumanie avec l’apparition des premiers bâtiments évoquant clairement la France par leur architecture. Cette contribution est apparue principalement apres l’union des Principautés en 1859 et l’Acte d’Indépendance de la Roumanie en 1877 quand les architectes roumains les plus prestigieux allaient poursuivre leurs études en France a l’Ecole des Beaux-Arts de Paris. De plus, les autorités de l’époque ont également fait appel a des spécialistes étrangers pour épauler leurs confreres roumains dont beaucoup d’architectes français, anciens collegues d’étude. Parmi eux nous pouvons citer Paul-Louis GALLERON, Alfred-Jules-Paul GOTTEREAU, Alfred BALLU et Théophile BRADEAU, ainsi que l’architecte d’origine suisse Louis BLANC, ses confreres Roumains d’origine française Ernest DONEAUD et Alexandre CLAVEL, et Daniel RENARD d’origine suisse. Les premieres constructions furent bien souvent des hôtels qui, en plus de leur architecture évocatrice de la France se distinguaient également par leur nom. Ainsi apparurent "Le Grand Hôtel" qui fut achevé en 1882, le "Louvre", l’hôtel "Athénée Palace", alors que déja en 1871 le restaurant de l’hôtel "Bulevard" situé qu carrefour du boulevard Regina Elisabeta et de la Calea Victoriei, servait une cuisine typiquement française et qu’en 1882 le restaurant "Donat Hugues" qui se trouvait Place du Théâtre, avait comme chef-cuisinier un certain "Monsieur Trompette" qui lui-meme avait été le cuisinier personnel de Léon Gambetta. De plus, parmi les salons de thé-patisseries, les "Cofetarii" tres prisées en Roumanie, la plus célebre était Capşa; tenue alors par deux freres dont l’un d’eux avait été l’éleve du fameux confiseur parisien Boissier. On peut également évoquer le fait que c’est GOTTEREAU qui a introduit, entre 1867 et 1870 l’éclairage au gaz ainsi que la canalisation des égouts en 1871, a Bucarest.

On peut dénombrer plus d’une dizaine de bâtiments importants a Bucarest, créations de ces architectes formés a l’Ecole des Beaux-Arts de Paris au 19eme siecle :

L’Athénée Roumain ( 1 rue Franklin ) est resté le symbole de Bucarest. De style néo-grec il a été bâti entre 1886 et 1888 et pensé par Paul-Louis GALLERON.
Le Palais de la Banque Nationale ( 25 rue Lipscani, 8 rue Doamnei ) évoque les différentes caractéristiques propres a la Renaissance française selon Paul-Louis GALLERON et Bernard CASSIEN en 1885.
La Fondation Carol Ier, actuellement le siege de la Bibliotheque Centrale Universitaire ( 1 Piaţa Revoluţiei ) est un palais de style néo-classique qui a malheureusement été endommagé pendant les évenements des 22, 23 et 24 décembre 1989, mais partiellement rénové. Il a été créé par Alfred-Jules GOTTEREAU et réalisé entre 1881 et 1914.
Le Palais de la Caisse des Dépôts, Consignations et Epargnes ( 13 Calea Victoriei ) et sans conteste le bâtiment le plus important issu du travail d’Alfred GOTTEREAU. Il évoque a l’intérieur la Cathédrale Sainte Sophie d’Istanbul et a l’extérieur le Petit Palais de Paris. Il a été construit entre 1896 et 1900.
Le Palais de Justice ( 6 Splaiul Unirii-2 Calea Rahovei ) est situé sur le quai de la Dâmboviţa, la "Petite Seine" de Bucarest. Il a été conçu par Albert BALLU et réalisé de 1890 a 1895 sous la direction de l’architecte roumain Ion MINCU.
Le Palais du Ministere de l’Agriculture ( 24 rue Carol Ier ) est une des plus belles constructions de Roumanie dans un style classique français, conçue en 1896 par Louis BLANC.
Le bâtiment de la Faculté de médecine ( 8 boulevard Eroilor Sanitari ) est l’oeuvre de ce meme Louis BLANC, elle a été réalisée entre 1900 et 1902. Elle est gardée par le buste du médecin français Carol DAVILA qui a fondé l’enseignement supérieur médical en Roumanie.
Les premiers bâtiments de l’ancien siege de l’Université Polytechnique ( 7 rue Polizu ) ont vu le jour entre les années 1883 et 1885 d’apres les plans de Bernard CASSIEN et Lecomte de NOUILLY.
L’intérieur du Palais du Cercle Militaire National ( 27 Calea Victoriei-1 rue Constantin Molle ) est du a l’architecte roumain d’origine française Ernest DONEAUD.
L’Hôtel "Athénée Palace" ( 1 Strada Episcopei ) a comme particularité principale d’etre un des premiers bâtiments bucarestois a etre fait de béton armé. L’ancien bâtiment a été réalisé en 1912 selon les plans de Théophile BRADEAU. Depuis il a été modernisé et refait par la International Feal de France.
L’Hôtel Lido ( 5-7 boulevard Magheru ) est également sorti des travaux de l’architecte roumain d’origine française Ernest DONEAUD.
Le Palais Stirbei ( 107 Calea Victoriei ) a vu le jour vers 1835 grâce a Michel Saintjuand.
La Maison Disescu ( Calea Victoriei, siege de l’Union des Ecrivains Roumains ) quant a elle, a été pensée par Alexandre CLAVEL.
nicudrag
 
Messages: 108
Inscrit le: Ven Jan 28, 2005 6:41 am
Localisation: Bucuresti, Romania

Retour vers Forum

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron