Photos de Roumanie | Photos de France | Photos d’autres pays francophones

 

 
Home Page Documents - Archives Remarques concernant l`influence du francais
 

Quelques remarques concernant l'influence du français sur le lexique roumain contemporain

La future adhésion de la Roumanie à l'Union Européenne exige beaucoup de reformes dans la structure politique, économique, juridique, etc. du pays afin de préparer dans les meilleures conditions sa candidature et mettre en pratique l'acquis communautaire.

Tous ces changements ont un impact non négligeable sur l'évolution du lexique roumain appelé à faire face à tous ces renouvellements structurels qui doivent trouver leurs expressions au niveau du vocabulaire roumain d'aujourd'hui.

Comme le roumain ne possède pas toujours les moyens linguistiques de la nouvelle approche européenne et qu'il est difficile, voire impossible de les créer à l'aide d'éléments linguistiques internes de la langue, il faut recourir à des mots et des modèles empruntés à d'autres langues européennes, notamment au français et à l'anglais.

D'ailleurs, le français s'est trouvé dans une position privilégiée vis-à-vis du roumain qui avait subi une forte influence française durant plus de deux siècles.

Même si la plupart de ces termes et de ces syntagmes adaptés ou empruntés au français appartiennent à ce qu'on pourrait appeler le vocabulaire de l'intégration européenne, il y en a beaucoup qui proviennent d'autres domaines tels que : art, culture, mode, architecture, etc.

D'autre part, il faut souligner que l'influence française s'est développée en plusieurs volets, à savoir : calques linguistiques, emprunts proprement dits et enfin mots et syntagmes utilisés tels quels sans aucune modification phonétique ou grammaticale.

En ce qui concerne les calques ou les traductions il faut remarquer qu'il s'agit en premier lieu de l'adaptation et de l'intégration dans la vie économique, politique, juridique et universitaire roumaine de certaines institutions publiques ou régies industrielles copiées d'après le modèle français et dont les formes linguistiques sont si proches dans les deux langues qu'on pourrait même les confondre, surtout quand elles apparaissent sous forme de sigles.

A titre d'exemples on peut citer les cas suivants :

  • Consiliul Economic şi Soci al  – Le Conseil Economique et Social ;
  • Consiliul Superior al Magistraturii – Le Conseil Supérieur de la Magistrature ;
  • Consiliul Suprem de Ap ăr are (a Ţării)  – Le Conseil Supérieur de Défense ;
  • Consiliul N aţional al Audiovizualului (CNA) – Le Conseil Supérieur de l'Audiovisuel (CSA)  ;
  • Curtea de Apel – La Cour d'Appel ;
  • Curtea de Casaţie – La Cour de Cassation ;
  • Curtea de Conturi – La Cour des Comptes ;
  • Curtea Suprem ă de Justiţie – La Haute Cour de Justice ;
  • Institutul Naţional de Administraţie (INA) – L'Ecole Nationale d'Administration (ENA)  ;
  • Întreprinderile Mici şi Mijlocii (IMM) – Les Petites et Moyennes Entreprises (PME)  ;
  • Organizaţii Non Guvernamentale (ONG) – Organisations Non Gouvernementales  (ONG) ;
  • Regia Autonomă de Transporturi Bucureşti (RATB) – La Régie Autonome des Transports Parisiens (RATP);
  • Societate Anonimă (SA) – Société Anonyme (SA)  ;
  • Societate cu Răspundere Limitată (SRL) – Société à Responsabilité Limitée (SARL)  ;
  • Societatea Naţională a Căilor Ferate Române (SNCFR) – La Société Nationale des Chemins de Fer Français (SNCF) .

Outre les noms propres des sociétés et institutions politiques roumaines calquées sur le modèle français, on assiste à la fois à une influence française sur le lexique général du roumain, notamment dans le cas des lexies complexes qui, faute de mieux, ont été traduites du français afin de pouvoir exprimer linguistiquement les notions et les concepts du modèle européen.

A la suite du dépouillement de certains documents officiels ainsi que de la presse quotidienne et hebdomadaire on a identifié un grand nombre de telles lexies complexes dont on ne peut mentionner que les plus fréquentes :

  • agent economic – agent économique ;
  • bursă de valori – bourse des valeurs ;
  • Codul rutier – Le Code de la route ;
  • contract cu durată nedeterminată – contrat à durée indéterminée ;
  • contract de timp parţial – contrat à temps partiel ;
  • economie de piaţă funcţională – économie de marché fonctionnelle ;
  • formare contin uă – formation continue ;
  • impozit pe venit – impôt sur le revenu ;
  • impozit pe venitul global – impôt sur le revenu global ;
  • învăţămînt la distanţă – enseignement à distance ;
  • moţiune de cenzură – motion de censure ;
  • metrou uşor – métro léger ;
  • ordonanţă de urgenţă – ordonnance d'urgence ;
  • societate-mamă – société-mère ;
  • stat de drept – Etat de droit ;
  • studii aprofundate – études approfondies ;
  • şcoală de arte şi meserii – école des arts et métiers.

Enfin, si les moyens linguistiques du roumain ne permettent pas d'appliquer le calque du terme ou de la lexie complexe en question on doit recourir à l'emprunt direct au français.

A la suite de l'analyse formelle de ces emprunts on a établi deux situations différentes selon que l'emprunt s'est intégré ou non dans le système morpho-phonétique du roumain :

Dans la première catégorie on peut mentionner les exemples suivants : a delocaliza (< cf. fr. délocaliser ), a externaliza (< cf. fr. externaliser), a mondializa (< cf. fr. mondialiser), parteneriat (< cf. fr. parteneriat), subsidiaritate (< cf. fr. subsidiarité ), etc., alors que dans la seconde catégorie on trouve des mots et des syntagmes utilisés sous la même forme qu'en français : audit , acquis comunitar (acquis communautaire), haute couture , loisir , prêt-à-porter , etc.

Cependant, il faut souligner que le recours aux emprunts étrangers n'est pas un processus contrôlable en dépit de certains efforts législatifs de la part des autorités roumaines. Aussi assiste-t-on a des croisements entre certaines filières, notamment entre la filière française et celle venant de la zone anglo-américaine.

Ainsi, par exemple, le terme locaţie emprunté au français (< cf. fr. location) dont le sens principal se rapporte à “ l'action de donner ou de prendre à loyer une maison, etc. ” se croise avec le même terme entré par filière anglaise, mais qui désigne une “position or place” (As. Hornby, Oxford Dictionary of current english, 1978). Dans ces conditions il faut bien faire attention au sens contextuel du mot pour le décoder correctement comme dans l'exemple suivant : “În urma telefoanelor primite la redacţie referitoare la locaţia mănăstirii Parepa, precizăm că mănăstirea este situată în judeţul Prahova” (Adevărul, nr. 3924, 2003).

Un autre néologisme d'origine américano-française est constitué par le terme “ media ” que les journalistes roumains s'efforcent d'imposer aux dépens du syntagme plus ancien “ mass-media ” co nsidéré plus désuet que le premier : “Tipul de discurs de rutină din media …” (Cotidianul, nr.31 (3501), 2003). En dépit des efforts des journalistes qui voudraient être branchés, l'utilisation du terme “ media ” en roumain est encore limitée car il ne s'est pas encore intégré dans le système grammatical roumain. En outre, il pourrait créer une homonymie fâcheuse avec le verbe “a media”.

Pourtant, à l'avenir on pourrait assister au renforcement de sa position grâce à l'apparition et à l'utilisation à large échelle du syntagme “ multimedia ”.

On pourrait multiplier les exemples, mais nous estimons qu'il est inutile de le faire, car les faits présentés et analysés ci-dessus permettent de mettre en évidence que l'influence du français sur le roumain contemporain est un processus dynamique et profond qui contribue en grande partie au renouvellement et à l'enrichissement du vocabulaire de notre langue capable d'exprimer les dernières tendances en matière d'intégration européenne.

D'autre part, il ne faut pas perdre de vue que l'influence française est vivement concurrencée par l'anglo-américain dont un bon nombre de vocables sont déjà monnaie courante en roumain.

PĂUN CONSTANTIN
Maître de conférences
Département des Langues modernes
Université Politehnica Bucarest

 


PUBLICITATE/ PUBLICITE

Plasând ÎN ACEST LOC publicitatea dvs. puteti sa sustineti financiar Liga de cooperare cultural-stiintifica România - Franta.

C'est en placant ICI votre message publicitaire que vous pouvez soutenir financierement la Ligue de cooperation culturelle et scientifique Roumanie - France.

C.E.C.C.A.R.F
12, Rue Frezorilor, sector 1, Bucarest, ROUMANIE
Tel./Fax : 004021-232.93.90
e-mail :
ceccarf@b.astral.ro

Nous offrons à nos clients les services suivants :
-conseils juridiques et économiques permanents,
-création et enregistrement d`une structure roumaine,
-audits en conformité avec les standards internationaux de comptabilité,
-expertises comptables,
-fusions,
-liquidations,
-comptabilité de société, etc.

La plupart de nos clients sont des sociétés françaises implantées en Roumanie.


Le site Emplois Roumanie est dédié aux entreprises offrant des emplois et aux candidats en recherche d`emploi dans l`Espace Francophone. Inscrivez vous dès maintenant sur
www.emplois-roumanie.com


 
© Liga de Cooperare Cultural - Ştiinţifică România - Franţa
© Ligue de Coopération Culturelle et Scientifique Roumanie - France
hosting by ATECK.ro